Presse

 

médiapart

Le 22 avril 2020 : Face au risque sanitaire en prison, une politique de libérations à plusieurs vitesses

« À Rouen, Julia Massardier, avocate, se bat depuis des semaines pour faire libérer un prévenu, primo-délinquant, incarcéré pour un cambriolage, et dont l’état de santé est préoccupant. « J’ai un certificat médical disant que s’il attrape le virus, il a toutes les chances d’y rester, mais toutes nos demandes de mises en liberté sont rejetées », explique-t-elle ».

Voir l’article complet  ici


RT média

Le 22 avril 2020 : Rouen : six mois après l’incendie du Lubrizol, des odeurs émanent du site

Interview vidéo de Maître MASSARDIER sur les odeurs liées au nettoyage du site post-incendie.

Regardez  ici


logolepoulpe.gif

Le 7 avril 2020 : Le tribunal administratif va examiner, en urgence, la requête d’un détenu de la maison d’arrêt de Rouen. Ce dernier, atteint d’une pathologie respiratoire, demande au ministère de la Justice la mise en place de mesures barrières efficaces afin d’éviter une contamination. Les juges devraient se prononcer très prochainement.

« L’homme souffre d’une maladie respiratoire chronique, un emphysème pulmonaire qui l’oblige à suivre un traitement médical à base, notamment, de ventoline. C’est donc une personne à risque, au sens des autorités sanitaires. « Une exposition pourrait lui être fatale en raison de sa pathologie », selon Julia Massardier, son avocate. D’après elle, les conditions de détention à la prison de Rouen ne permettent pas, à cette heure, d’assurer une protection efficace contre le coronavirus. »

« Me Massardier demande donc à l’administration pénitentiaire la mise en oeuvre de mesures de prévention strictes, notamment la distribution à son client de masques et de gel hydroalcoolique ou encore la mise en place de dépistages systématiques du Covid-19 auprès des détenus. Le détenu veut également contraindre la maison d’arrêt à assurer « le nettoyage régulier du linge personnel des personnes détenues » et de « fournir du savon en quantité suffisante aux détenus afin de garantir leur hygiène personnelle en période de crise sanitaire » ».

Voir l’article complet  ici


L’actualité des luttes :

Le 27 mars 2020IL FAUT DÉSENGORGER LES PRISONS !

Interview audio de Maître MASSARDIER sur la situation des personnes détenues.

Ecoutez  ici


crimesLe 10 février 2020 : Interview dans l’émission CRIMES

« Elise et Julien sont amis et vivent à Rouen. Ils avaient la vie devant eux, mais le 20 décembre 2015, après avoir passé la soirée ensemble, les 2 jeunes rouennais sont retrouvés morts dans une étrange mise en scène. L´autopsie met en évidence que la jeune femme a fait l´objet d´un acharnement inouï. L´enquête, compliquée, révèle que les deux amis n´auraient pourtant jamais dû croiser la route de leur meurtrier… Alors, qui est ce dangereux criminel? Que s’est-il réellement passé ce soir d’hiver 2015 ? »

Retrouvez les informations Ici

 


 

logo_fenvacLe 27 janvier 2020 : INCENDIE DE L’USINE LUBRIZOL : LA FENVAC AU CONTACT DES SINISTRÉS AVEC L’ASSOCIATION DES SINISTRÉS

Mardi dernier s’est tenue une réunion d’information organisée par l’Association des Sinistrés de Lubrizol (ASL) à Rouen, en présence d’une soixantaine de participants, à laquelle intervenaient l’avocate de l’association, Maître Julia MASSARDIER, le médecin généraliste Docteur Franck PROUHET et des administrateurs de l’association ainsi que des représentants d’une association de personnes sourdes et malentendantes en présence d’une équipe de France 5.

 

Voir l’article complet ici


 

Le 12 décembre 2019 Audition filmée du cabinet pour la mission d’information sur l’incendie du site industriel de Rouen ouverte à l’Assemblée nationale avec l’association des Sinistrés de LUBRIZOL et le collectif LUBRIZOL : à regarder ici

 


 

logo-Paris-Normandie

Le 11 décembre 2019Un Gilet jaune soupçonné d’avoir jeté une bouteille contre des policiers relaxé.

Justice. Une enquête de police lacunaire dans un contexte où ce sont les forces de l’ordre qui sont mises en cause… Le prévenu a été relaxé.

« Le ministère public, s’appuyant sur Facebook et le témoignage des policiers, réclame quatre mois de prison avec sursis mais Me Julia Massardier, au vu de l’indigence de l’enquête, plaide la relaxe. «Il n’y a dans cette procédure que des éléments indirects. Les policiers ne l’ont reconnu qu’à ses seuls vêtements, à ses chaussures bleues. Les messages Facebook? Ils ne sont pas étonnants, les Gilets jaunes forment une communauté.»

Faute de preuve indiscutable, le tribunal se range à l’avis de la défense. »

Voir l’article complet ici

 


 

Le 9 décembre 2019 :

intervention interprete


L’actualité des luttes :

Le 10 octobre 2019 : PLAINTE DES PRISONNIERS DE ROUEN SUITE A L’INCENDIE DE L’USINE LUBRIZOL

Nous finirons avec l’interview de Maitre Massardier qui porte la plainte de plusieurs prisonniers mais pas que suite à l’incendie de l’usine Lubrizol.

Audio – 53ème minute

Ecoutez  ici


 

le monde

Le 5 octobre 2019 : Après l’incendie de l’usine à Rouen, une quarantaine de plaintes déposées

Depuis l’incendie de l’usine de produits chimiques Lubrizol, jeudi 26 septembre, le répondeur et la boîte courriel de Julia Massardier ne désemplissent pas. L’avocate au barreau de Rouen reçoit chaque jour des dizaines de messages et d’appels d’habitants souhaitant engager des recours contre le fabricant d’additifs, pressés d’obtenir une indemnisation ou la simple reconnaissance de leur préjudice. « Je suis en train de déposer une dizaine de plaintes, commente l’avocate. Mais de nombreux autres dossiers sont à venir. » (…)

Mardi 2 octobre, un premier recours déposé par Julia Massardier a été rejeté par le tribunal administratif de Rouen. Interpellée par deux détenus de la prison de Bonne-Nouvelle, située à moins d’un kilomètre de l’usine Lubrizol, l’avocate souhaitait que des analyses soient menées en urgence dans les cellules, peu aérées. « Mes clients ont souffert de nausées, d’étourdissements, et l’odeur est restée forte dans la prison », a argumenté Me Massardier. Les magistrats ont refusé, argumentant que selon l’évaluation de la pollution effectuée par la préfecture, il n’y avait pas « d’urgence immédiate » à procéder à des analyses dans l’établissement pénitentiaire.

Voir l’article complet  ici


 

logolepoulpe.gifLe 28 septembre 2019 :

CATASTROPHE CHEZ LUBRIZOL : DEUX DÉTENUS SAISISSENT LA JUSTICE POUR DEMANDER DES ANALYSES DE TOXICITÉ À L’INTÉRIEUR DE LA PRISON DE ROUEN

Après les suies, les actions en justice pleuvent. Cette fois, c’est la santé des détenus de la maison d’arrêt de Rouen dont il est question. Julia Massardier, avocate rouennaise, a déposé « ce matin »une requête en référé auprès du tribunal administratif de Rouen.

Voir l’article complet  ici


 

bf543d3ad7ce6987a16bece9df37de25_france-bleu-haute-normandie_

Le 1 aout 2019 : Discriminations à l’adoption en Seine-Maritime : deux associations LGBT écrivent au président du département

 

« L’apparentement est l’étape où le conseil de famille décide de confier un enfant à telle ou telle famille, qui a déjà reçu un agrément après une enquête poussée. _ »Pour nous, le choix ne doit pas se faire sur le critère de l’orientation sexuelle des couples, à partir du moment où l’agrément a été obtenu_ », explique Me Massardier, qui souhaiterait que soit utilisé le même dispositif que le CV anonyme. »

 

Voir l’article complet  ici


 

Le 26 Juin 2019 : Premières assises pour la défense des libertés


Le 17 avril 2019 : L’auteur du double homicide place de la Pucelle à Rouen ne fera pas appel

logo-Paris-Normandie

Me Julia Massardier avait plaidé que son client n’était peut-être pas en possession de tous ses moyens ; qu’il pouvait souffrir d’une altération de son discernement au moment où il avait tué les deux victimes. « Il souffre de troubles psychotiques suite aux traumatismes de guerre subis. Cela ne change rien aux faits et à la douleur des familles, mais vous devez le considérer. »

Voir l’article complet  ici


 

Le 5 avril 2019 : Meurtres d’Élise et Julien à Rouen : Jean-Claude Nsengumukiza condamné à la prison à perpétuité

76actu_logo

Une image que Me Massardier, avocate de l’accusé, a tenté d’atténuer aux yeux des jurés. « Je vous demande de vous extraire de la charge émotionnelle de cette affaire, de ne pas lui dénier son humanité et son histoire », a-t-elle plaidé.(…)

Sans surprise, les parties civiles ont demandé la réclusion criminelle à perpétuité. L’avocat général a été de leur avis, requérant cette peine à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 22 ans, d’un suivi socio-judiciaire à vie, d’une interdiction définitive du territoire français, et du port d’un bracelet électronique si Jean-Claude Nsengumukiza venait à sortir de prison.
Malgré le plaidoyer passionné de Me Massardier contre cette peine perpétuelle qu’elle juge « inhumaine », malgré les ultimes excuses de l’accusé, le jury a prononcé une peine de réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 22 ans. Il est également interdit définitivement de séjour sur le territoire national.

Voir l’article complet  ici


Le 5 avril 2019 : Meurtre d’Elise et Julien à Rouen : l’accusé condamné à la réclusion criminelle à perpétuité

logo-Paris-Normandie

Dans sa plaidoirie, Me Julia Massardier a tenté de redonner un peu d’humanité à son client. « Lors de nos entretiens, je l’ai amené à me parler de son adolescence au Rwanda, et il a fini par m’expliquer ce qu’il avait vu, en craquant, relate-t-elle. Je ne cherche pas à le victimiser, mais je veux qu’on sache qui il est. »

Voir l’article complet  ici


 

Le 5 avril 2019 : Double meurtre place de la pucelle à Rouen : Jean-Claude Nsengumukisa condamné à la réclusion criminelle à perpétuité

logo france 3 N      Durant sa plaidoirie, Maitre Massardier avocate de l’accusé a précisé que la condamnation à perpétuité n’était pas concevable dans un Etat de Droit comme la France. Elle a cité plusieurs pays où les peines maximales étaient moindres qu’en France. Elle garde espoir dans l’évolution de son client qui n’a que 38 ans.

Voir l’article complet  ici


 

Le 20 mars 2019 : Jugé pour le viol d’une femme au Havre : vingt ans de réclusion criminelle requis

logo-Paris-Normandie

Assises. Vingt ans de réclusion criminelle assortis d’une peine de sûreté ont été requis à l’encontre d’un Havrais jugé en état de récidive pour le viol d’une jeune femme au Havre. L’avocate de la défense a plaidé l’acquittement.

Voir l’article complet  ici


 

Le 29 janvier 2019 :

media

 

GILETS JAUNES : une avocate témoigne de la répression judiciaire
Avec Julia MASSARDIER

Voir la vidéo complète ici


 

Le 28 décembre 2018 : L’entretien givré, votre série de Noël à Rouen : Julia Massardier, avocat au barreau de Rouen

logo-Paris-Normandie

« Avocate de renom plaidant souvent au pénal pour défendre notamment des prévenus en comparution immédiate, Julia Massardier hante le palais de justice avec constance. Membre du SAF (syndicat des avocats de France), c’est elle qui, un jour de mai 2018, a commencé le combat d’avocats rouennais contre l’installation d’un box de verre. »

Voir l’article complet  ici


 

Le 7 juillet 2018 :

bf543d3ad7ce6987a16bece9df37de25_france-bleu-haute-normandie_

Interview du 7 juillet 2018 sur France Bleu Normandie à propos de la plainte déposée pour les associations « Laisse Bien Ta Gaité » et le « centre LGBTI de Normandie » afin de lancer une enquête pénale sur les pratiques discriminatoires suspectées quant au droit à l’adoption par les personnes de même sexe.

Ecouter l’interview Ici


Le 6 juillet 2018 : Adoption d' »enfants atypiques » par des homosexuels: deux associations portent plainte contre X

logo france info

Ces deux associations normandes souhaitent aller au-delà d’un cas personnel et que l’enquête s’étende aux pratiques du service d’adoption de Seine-Maritime.

Deux associations normandes, Laisse bien ta Gaieté (LBTG) et le centre LGBTI de Normandie, ont déposé plainte contre X auprès du procureur de la République de Rouen, vendredi 6 juillet, dans l’affaire des soupçons de discrimination des couples homosexuels par le service d’adoption de Seine-Maritime, révèle France Bleu Normandie. Contrairement à une première plainte déposée par l’Association des familles homoparentales (l’ADFH), celle-ci ne vise pas directement la responsable du service : les plaignants espèrent ainsi que leur démarche débouchera sur une enquête plus vaste sur les pratiques au sein de l’institution.

« Il faut enquêter aussi sur ces pratiques »

Pascale Lemare, responsable du service adoption au département, « laisse entendre que c’est assez habituel, et que peut-être que d’autres pratiqueraient de la même façon, explique l’avocate des associations, Me Julia Massardier, à France Bleu Normandie. La question est de savoir si c’est vrai, et qui est impliqué. Il faut enquêter sur ces pratiques, pas simplement sur les propos qui sont tenus », ajoute Me Massardier.

Voir l’article complet Ici


Le 11 mai 2018À Rouen, une avocate plaide contre le box en verre des prévenus.
Une avocate rouennaise (Seine-Maritime) s’est insurgée contre le box en verre dans lequel comparaissent certains prévenus au tribunal correctionnel de Rouen. Il constitue, selon elle, une atteinte à la dignité et à la présomption d’innocence.

logo tendance ouest

Lundi 7 mai 2018, lors du procès de l’un de ses clients, Julia Massardier décide de passer à l’action. L’avocate plaide depuis ce box pour que son client soit jugé directement à la barre et développe ses arguments : « cette cage pose une présomption de dangerosité pour les prévenus et donc une présomption de culpabilité. Inconsciemment tout le monde peut avoir cette impression, y compris le tribunal », assure-t-elle.

« on a l’impression d’être un animal »

L’avocate pointe aussi du doigt une atteinte à la dignité pour les prévenus qui comparaissent dans ce box. « On a vraiment l’impression d’être un animal lorsque l’on est à l’intérieur », explique-t-elle pour l’avoir expérimenté lors de sa plaidoirie. Elle considère enfin que cela pose un problème de communication entre l’avocat de la défense et son client, mais aussi avec le reste de la salle. « On entend très mal. Parfois le prévenu ne peut même pas entendre la peine qui est prononcée à son encontre. Cela nuit à la pédagogie de l’audience ».

Voir l’article complet Ici


Le 9 mai 2018 : « On a l’impression d’être un animal » : une avocate de Rouen plaide contre les box vitrés dans les salles d’audience.

Julia Massardier a défendu son client à ses côtés, dans la cage vitrée installée depuis 2015 dans la salle d’audience 104 du tribunal de Rouen. Elle voulait dénoncer une atteinte à la dignité humaine et à la présomption d’innocence, à l’instar d’avocats de toute la France qui critiquent ce dispositif.

logo france info  Dans la salle d’audience de Rouen, le cube de verre est isolé, perpendiculaire au tribunal. « Quand je suis montée dans le box, la présidente ne me voyait pas. Des confrères ont dû lui signaler où je me trouvais », raconte l’avocate, qui défendait un client jugé pour violences avec arme et ITT supérieure à 8 jours. Elle retient surtout la mauvaise acoustique. « Je me suis rendu compte qu’on entendait très mal. Pour m’exprimer, je devais mettre ma tête au niveau d’un interstice. Pour entendre, il fallait que je tourne l’oreille au même endroit. »

(…)

Plus grave à ses yeux, ce mode de comparution ne respecte pas la présomption d’innocence. « On présume en effet que la personne est dangereuse sans même avoir étudié sa situation personnelle. Inconsciemment, cette présence du prévenu dans une cage donne alors l’impression qu’il va raconter n’importe quoi, estime Julia Massardier. Cela influence les magistrats, cela nous influence et cela influence l’affaire. Le principe d’égalité des armes est rompu. »

Voir l’article complet Ici


Le 7 mai 2018 : Une avocate s’engage contre la cage de verre du tribunal de Rouen.

Justice. Depuis son installation, le box vitré de la salle correctionnelle du tribunal de Rouen est contesté. Une avocate décide de briser la glace.

logo-Paris-Normandie

Depuis l’été 2015, la salle 104 qui accueille les audiences correctionnelles du Tribunal de Grande Instance de Rouen est équipée d’un box de verre. Il sert à la comparution des prévenus détenus. Hier, lundi 7 mai, une jeune avocate de 30 ans, maître Julia Massardier, soutenue par le Syndicat des avocats de France, a décidé de taper du poing sur la table et d’exprimer officiellement la colère des avocats du barreau de Rouen. Nous l’avons rencontré à l’issue de l’audience.

Voir l’article complet Ici


 Le 24 mars 2018 :

logo-Paris-Normandie

article

 


Le 1er février 2018 : 5 ans de prison pour complicité dans un vol de cigarettes

logo-Paris-Normandie

En défense, aussi bien Me Julia Massardier pour Kamel Bakkou, que Mes Philippe Ohayon et Paul Aprile, ont plaidé l’acquittement.

La première a estimé que les déclarations d’un témoin qui disait avoir prêté un camion à son client n’étaient pas crédibles, car données pour « coller » aux éléments fournis par les policiers lors de sa garde à vue. Bornant au même endroit que Kamel Bakkou, ce dernier n’a pourtant pas été jugé devant la cour d’assises, a fait valoir la pénaliste rouennaise. Elle a rappelé qu’il pouvait arriver à Kamel Bakkou d’oublier son téléphone portable dans les nombreuses voitures que ce passionné de mécanique bricolait pour les uns et les autres à l’époque.

Voir l’article complet Ici


Le 30 janvier 2018 : La téléphonie au cœur du procès en appel du vol de cigarettes à Poses en 2012

logo-Paris-Normandie

La téléphonie est au cœur de l’enquête qui a mené aux mises en examen des deux hommes rejugés depuis lundi pour le vol d’une cargaison de cigarettes en 2012 à Poses. Un braquage qui a laissé des traces chez les victimes. (…)

« Ont-ils pu se rendre de Creil jusqu’à Poses et repartir jusqu’à Mery-sur-Oise dans ce laps de temps ? » demande l’avocate générale. « C’est tout à fait plausible », répond un enquêteur. « C’est tout à fait plausible mais vous n’avez pas d’éléments pour l’affirmer », lui fait remarquer Me Massardier, pour Kamel Bakou.

Voir l’article complet Ici

 


Le 29 janvier 2018 : Le suspect du double meurtre de Rouen renvoyé aux assises

Unknown Un homme d’une trentaine d’années a été renvoyé devant la cour d’assises de Seine-Maritime pour un double meurtre commis en 2015 à Rouen. A l’époque des faits, cet individu au lourd passé judiciaire devait être expulsé du territoire français. (…)

De son côté, Julia Massardier, avocat du suspect, s’attend à une audience « difficile », au vu des enjeux politiques et médiatiques inhérents à ce dossier ». Elle espère que Jean-Claude Nsengumukiza sera jugé « pour les seuls faits qu’on lui reproche et non pour les fantasmes que l’on projette sur lui ».

Voir l’article complet Ici


Le 26 janvier 2018 : Assises. Deux hommes, condamnés en première instance pour leur participation au vol d’une cargaison de cigarettes braquée en 2012 à Poses, sont rejugés en appel à partir de lundi.

logo-Paris-Normandie

Deux hommes sont rejugés en appel à partir de lundi devant la cour d’assises de Seine-Maritime pour le braquage d’un camion de livraison de cigarettes survenu le 21 janvier 2012 à Poses, près de Val-de-Reuil (lire nos éditions précédentes). Ils ont été condamnés à quatre ans de prison en première instance à Évreux pour avoir participé au transbordement de la cargaison d’un camion à un autre. Le parquet, qui avait requis des peines de 14 et 15 ans à leur encontre, a fait appel du verdict les concernant.

Le deuxième accusé, connaissance du précédent, conteste lui aussi les faits reprochés, sur la base de sa géolocalisation téléphonique le 21 janvier. Défendu en première instance par Me Jean-Christophe Garidou, il sera assisté cette semaine par Me Julia Massardier.

Voir l’article complet Ici


Le 15 janvier 2018 : Un homme est relaxé d’agression sexuelle sur mineur

logo-Paris-Normandie

«Les éléments de contexte ne doivent pas se suppléer aux éléments objectifs de culpabilité ! », tonne Me Julia Massardier devant le tribunal correctionnel. L’enjeu est grand. Si les juges se fient aux apparences, son client, François B. est condamné d’avance. L’homme, âgé de 50 ans, est poursuivi pour une agression sexuelle qu’il aurait commise à Saint-Autreberthe, le 31 janvier 2017.

Mais ce que tout le monde sait, c’est que l’homme a été condamné pour viol sur mineur en 2003 par la cour d’assises de Rouen. Ce lourd passé ne l’empêche pas d’être bien entouré. Il est hébergé par un ami qu’il considère comme son père. Quand, en janvier 2017, le fils de son hôte déménage, François n’hésite pas à lui proposer son aide. Il emménage avec cette famille recomposée. Il en profite pour s’occuper de la fille de son ami âgée de 2 ans et de sa belle-fille âgée de 6 ans.

(…)

Devant le tribunal, il ne reconnaît pas les faits. « Cette petite fille n’a pas pu inventer ce qu’elle raconte. Elle en parle avec ses mots d’enfant, mais elle décrit précisément les faits. De son côté, François B. ne peut tout simplement pas se permettre de reconnaître les faits », assure le substitut du procureur.

Il requiert une peine de cinq ans de détention, dont un an avec sursis. Le tribunal, de son côté, estime ne pas avoir assez d’éléments en sa possession pour condamner François B. et le relaxe.

Voir l’article complet Ici


saf

Le 23 novembre 2017 : COLLOQUE SAF Section de Rouen  à ELBEUF SUR SEINE
SEXUALITE : LIBERTE, EGALITE, LEGALITE

11 h 00 : Les infractions sexuelles :
Yaël GODEFROY et Julia MASSARDIER, avocats au barreau de Rouen

1. « De la luxure à la censure » : de l’infraction au jugement
2. « De la zonzon à l’indemnisation » : le post sentenciel

Sans titre


76actu_logoLe 18 octobre 2017 : Mardi 17 octobre 2017, un homme de 35 ans a été jugé à Rouen pour n’avoir pas obéi aux ordres de dispersion lors d’une manifestation pour Théo en février. Il a été relaxé.

Rappelant « le contexte de la manifestation », à savoir les affrontements de la place du 19-Avril 1944, la procureure a requis deux mois de prison avec sursis.
« Replaçant le débat », l’avocate de Mathieu a rappelé pourquoi son client a été placé en garde à vue :
Violences contre la police et manifestation armée, à cause d’un couteau suisse dans sa poche. Le motif de refus de dispersion n’apparaît qu’en fin de procédure, à sa convocation au tribunal. Il n’a jamais été interrogé sur les sommations !
Me Julia Massardier a supposé à plusieurs reprises la volonté de se rattraper des policiers. « On a détourné la procédure parce que le ballon qu’on a gonflé au départ s’est vite dégonflé », soutient-elle.

Une plainte déposée contre la police, Mathieu relaxé

Me Massardier a appuyé notamment sur le manque d’éléments contre son client. Elle a souligné l’absence de vidéo exploitable montrant les faits reprochés. Selon l’avocate, les heures à laquelle la police auraient notifié la sommation et chargé, selon leur rapport, clochent : « 17h35, les deux en même temps ». Mathieu, malentendant, aurait pu ne pas l’entendre, a-t-elle suggéré. Ce qu’il a d’ailleurs affirmé, « ni vu, ni entendu ».
Assurant « ne pas faire le procès de la police », l’avocate a profité de sa plaidoirie pour souligner le manque de réactivité de la justice quant à la plainte de son client, déposée dans la foulée de son interpellation. Il a en effet déposé plainte pour les coups de matraque télescopique qu’il dit avoir reçus, cicatrices à l’appui.

Voir l’article complet ici


Le 9 octobre 2017« Manif pour Théo » à Rouen : il ne se disperse pas illico, direction le tribunal.

logo-filfax-272x90D’abord interpellé, en février dernier, pour violences sur des policiers lors d’une manifestation rouennaise contre les violences policières, Mathieu. D comparaît le 12 octobre devant le tribunal correctionnel de Rouen…mais pour refus de dispersion après sommation. Le trentenaire, partiellement malentendant, a de son côté porté plainte contre X pour violences volontaires. (…)

A écouter l’avocate rouennaise de Mathieu. D., cette requalification de l’accusation en dit long. « Ces motifs ont été abandonnés parce qu’il n’y avait rien. On a le sentiment qu’on essaie de retenir une infraction mineure pour essayer de justifier toute la procédure. Et surtout faire acte de sévérité, faire un exemple, à la suite de ces manifestations », estime maître Julia Massardier, en précisant opportunément que son client, « directeur d’une coopérative, qui n’a pas de casier judiciaire, est inséré socialement » et ne présente pas le profil-type du casseur ou manifestant violent.

Voir l’article complet ici


Le 14 septembre 2017 : LES TUTOS DU DROIT
logo-Paris-Normandie

 

 

Paris normandie 140917


Le 16 Juin 2017 : Le suspect du double meurtre de la pucelle rejugé pour des violences commises sur un détenu

logo-Paris-NormandieL’enquête diligentée par le parquet va en fait rester au point mort jusqu’à sa réactivation avec la mise en examen du Rwandais pour l’affaire de la place de la Pucelle, c’est-à-dire il y a un an et demi. « Un manque de diligence retenu par le ministère », pointe Me Julia Massardier, en défense. Durant cette période, c’est l’administration pénitentiaire qui a géré ce dossier. « Jean-Claude Nsengumukiza est mis à l’isolement pour préserver sa sécurité, c’est noté au dossier » relève l’avocate, qui souligne encore qu’il n’y a eu aucune commission de discipline. « Mon client a été le premier à porter plainte et ses déclarations correspondent à cette plainte, quant aux déclarations des autres détenus presque tous disent avoir des affinités avec le blessé », plaide-t-elle un peu plus tard.
(…)
« On veut nous faire croire qu’il s’agit de légitime défense mais c’est l’inverse », clame l’avocat général. « Je ne considère qu’à aucun moment il n’a été injustement attaqué, il s’agit d’un renversement des rôles ». « Le tribunal correctionnel a considéré qu’il s’agissait de violences ordinaires en détention, pas moi. Je demande deux ans de prison ». Des réquisitions qui font presque bondir Me Massardier. « On a des éléments qui corroborent ses déclarations, je ne sais pas comment on peut ne pas en tenir compte ! ». « Je soutiens la légitime défense » poursuit l’avocate qui plaide la relaxe.

Voir l’article complet ici


Le 24 Novembre 2016 : Colloque du Syndicat des Avocats de France (SAF) : « ÇA VA PAS LA TETE ? UN GRAIN DE FOLIE, UNE TOUCHE DE DROIT »

saf

Intervention de Me MASSARDIER sur le thème « Monsieur l’Expert, sauvez-moi … L’expertise psychiatrique, l’irresponsabilité pénale, incidences et conséquences sur la procédure pénale ».

 

Programme complet ici


Le 15 Octobre 2016 : Des avocats dans la « Jungle » de Calais pour conseiller les migrants

je-suis-top-ouest-franceUne cinquantaine d’avocats sont allés samedi dans la « Jungle » de Calais (Pas-de-Calais) « donner aux exilés des conseils pour qu’ils connaissent et exercent leurs droits », à l’approche du démantèlement de ce campement insalubre, a constaté une journaliste de l’AFP.

Voir l’article complet ici.


Le 10 Septembre 2016 : Attaque de la bijouterie Milliaud, au Havre, à la voiture-bélier. Prison ferme pour les accusés

76actu_logoDans la nuit du vendredi 9 septembre 2016, les quatre braqueurs de la bijouterie Milliaud, au Havre (Seine-Maritime), attaquée en 2013, ont été reconnus coupables.

Voir l’article complet ici.


Le 10 mars 2016 : Meurtre d’Élise et Julien, à Rouen. Le suspect condamné pour avoir frappé son codétenu

76actu_logoMardi 8 mars 2016, le tribunal correctionnel d’Évreux a condamné le suspect du double
meurtre commis à Rouen en décembre 2015, à un an de prison pour des violences sur un codétenu.

Voir l’article complet ici.


Le 17 décembre 2015 : Il agresse un automobiliste à Grand-Couronne : cinq mois avec sursis

logo-Paris-NormandieUn père de famille impatient agresse à Grand-Couronne un automobiliste trop lent à son goût : cinq mois de prison avec sursis.

Voir l’article complet ici.


Le 26 novembre 2015 : Au Grand-Quevilly, les voleurs de carburant trahis par leur odeur de gazole

logo-Paris-Normandie

Prison et travail d’intérêt général pour des voleurs qui, passant près d’une pompe à essence, ont essayé de la dépouiller.

Voir l’article complet ici.


Le 22 novembre 2015 : Le système anti-pigeon du tribunal brouille les micros de la salle d’audience à Rouen

logo-Paris-Normandie Le système anti-pigeon serait à l’origine de la cacophonie des micros.(…) L’avocate Julie Massardier, excédée en voyant son client en difficulté du fait de cette mauvaise sonorisation, a insisté avec force pour que son client soit sorti du box. « Il doit choisir entre parler et écouter. Je ne peux pas continuer comme ça. Les comparutions immédiates sont déjà assez difficiles comme ça pour les prévenus.»

Voir l’article complet ici.